Coverweb womanday yaay
Édito
WORKING-YAAY: ATTENTION AU BURN-OUT #1
par Yaay Psy

Rubrique : Edito

Être une Working-Yaay (une maman qui travaille) est de plus en plus répandu.

Si auparavant la place des femmes était quasi-exclusivement à la maison, depuis quelques décennies les femmes ont de plus en plus accès au milieu professionnel. Au début, cantonnées à la reproduction dans le milieu professionnel des tâches ménagères, elles ont ensuite commencé à conquérir de nouveaux milieux et postes professionnels. Certaines ont même des ambitions de carrière, chose inenvisageable par le passé.

Cependant la réalité du terrain reste complexe. Aujourd'hui, alors que de plus en plus de femmes font le choix d'aller travailler, en quête d'un épanouissement personnel, pour des raisons économiques ou pour toute autre raison, le prix de ce choix demeure particulièrement lourd.

De nombreuses études montrent tout d'abord qu'à compétence égales les femmes ont moins accès aux postes désirés et aux salaires attractifs que les hommes. De plus, ayant fait ce choix de travailler, il n'est pas rare qu'elles doivent assumer seules le prix de la garde des enfants, comme une dette qu'elles doivent assumer. Elles restent bien souvent responsables privilégiées de l'éducation et du soin de l'enfant, ce qui peut les défavoriser sur le milieu professionnel car elles sont en première ligne en cas de maladie de l'enfant, de réunions à l'école, de vacances scolaires, et les employeurs le savent.

De plus en plus de femmes, conscientes de cela, font donc le choix de monter leur entreprise. Celles qui font le choix de travailler à leur compte ne sont pas épargnées pour autant car réussir à s'organiser professionnellement lorsqu'on est à priori toujours disponible est très compliqué et les enjeux et pressions de réussite sont parfois encore plus grands qu'en entreprise. Les indépendants peuvent être de véritables tyrans pour eux-mêmes et des glissements entre privé et professionnel peuvent complexifier la situation.

De plus, les répercussions sociales et psychologiques de ce choix semblent inégales.

Pour caricaturer, un homme qui travaille sera valorisé. S'il est père il sera généralement considéré comme le papa vaillant fort et courageux qui va chercher l'argent en dehors du foyer pour garantir la vie de sa famille, un chevalier des temps modernes. Lorsqu'il aidera à la maison il sera même survalorisé avec parfois même un regard attendri lorsqu'il s'occupera des enfants. Une femme qui travaille, si elle est mère, sera plus souvent interrogée sur le fait qu'elle aurait pu faire d'autres choix, que ses enfants ont besoin d'elle pour grandir et se développer, et ça quand on ne lui renvoie pas qu'elle délaisse égoïstement son foyer.

On néglige aussi le penchant inverse qui repose sur la même logique et renforce aussi cette différence et qui serait de survaloriser ces mères qui travaillent en remarquant leur courage et leur ténacité. Quelque part cela peut renforcer la pression que celles-ci peuvent se mettre et dévaloriser celles qui ne travaillent pas.

Bien entendu la situation est plus nuancée que cela mais ce sont des situations très fréquemment rencontrées.


Marie­ Emilie VRIET ­NDOUR, psychologue sociale de la santé et praticienne en Hypnose
Ericksonienne et PNL
me.vriet.ndour@gmail.com
Retour