Coverfcb journeecancerenfant yaay
Santé
LE CANCER DE L'ENFANT
par Yaay Néné

Rubrique : Les Dossiers

Le cancer de l'enfant est une maladie rare qui représente, dans nos pays, 1 à 3 % de l'ensemble des cancers. Certaines formes de cancers sont spécifiques à l'enfant et, inversement, la plupart des cancers de l'adulte n'existent pas chez l'enfant.

Si quelques facteurs favorisant le développement du cancer ont été clairement identifiés chez l'adulte (alcool, tabac, produits toxiques, virus, etc.), une cause est très rarement identifiée chez l'enfant.

Cependant les leucémies, les tumeurs du système nerveux central et les lymphomes sont les principales pathologies cancéreuses rencontrées chez les moins de 15 ans

Au Sénégal, on dénombre 800 nouveaux cas de cancer chaque année. Et c’est seulement 200 cas qui sont pris en charge. Ce qui veut dire que 600 enfants développent au Sénégal un cancer, mais ne bénéficient pas de soins spécifiques. Et parmi les enfants qui développent une tumeur au Sénégal, seuls 20 %, soit le cinquième bénéficient d’une prise en charge.

Bien qu’il soit moins fréquent que le cancer chez les adultes, le cancer chez les enfants a un potentiel évolutif très important. Les cellules cancéreuses se multiplient en quelques semaines’. Cependant a tumeur se traite et se guérit. Mais il suffit de la détecter tôt. D’ailleurs, informe le pédiatre, 80 % des cancers chez les enfants qui arrivent à l’Unité d’oncologie pédiatrique de Le Dantec guérissent.

Le cancer le plus fréquent chez les enfants est le cancer des ganglions : le lymphome de Burkitt est la plus répandue en Afrique. On note également le cancer des leucémies chez les enfants.

Selon les spécialistes, ces cancers sont très sensibles à la chimiothérapie, qui est la méthode de traitement utilisée pour enrayer la tumeur. Seulement c’est un traitement lourd pour les enfants, et ceci à cause de la toxicité médicamenteuse. En effet, dans le traitement des tumeurs, on fait appel à l’utilisation de drogues pour tuer les cellules cancéreuses. Mais à côté, des cellules normales peuvent être également détruites. D’où l’intérêt de guérir la tumeur tout en se gardant de minimiser les effets secondaires. Cette toxicité médicamenteuse se manifeste chez l’enfant par une grande fatigue et des pertes de cheveux.

Mais l’un des problèmes les plus redoutés dans le traitement des cancers, c’est la douleur. Elle est monstrueuse avec plus de 16 ponctions lombaires, sans compter les autres traitements. Il inacceptable qu’au 21e siècle qu’un patient souffre de douleur dans son traitement.

La prise en charge du cancer fait défaut au Sénégal car le pays ne dispose que d’une seule unité d’oncologie pédiatrique, avec 22 lits d’hospitalisation, 3 lits d’hôpital par jour. Seuls 3 médecins, dont 2 spécialisés, et 4 infirmières, s’occupent des enfants cancéreux. En 2015, 215 nouveaux cas ont été pris en charge, contre 40 en 2004, la première année que l’unité a commencé ses interventions.

Le problème du cancer concerne tous les pays sous-développés car dans la plupart des pays, il n’y a pas de programme de lutte contre le cancer.

Retournez en haut